La princesse et le chevalier.


 

La princesse et le chevalier

Mirella travaillait dans une agence de voyage, depuis une dizaine d’années.

Elle s’asseyait devant son bureau à huit heures tapantes, et fermait la porte vers dix-huit heures.

Son travail consistait à répondre à des demandes de renseignements, formulées sur le site internet de son employeur.

Elle était le contact virtuel, la personne que l’on joignait d’un « clic » et qui vous répondait en déposant dans votre boîte mail, du rêve.

Il devait être 16 heures, elle n’avait répondu qu’à trois demandes : un week-end pour un couple à Paris, un séjour d’une semaine à Agadir pour un homme à la retraite, et une réponse de renseignement relatif à une location d’un appartement sur la côte.

Il n’avait pas arrêté de pleuvoir de la journée.

L’agence était située près d’un centre commercial, et en cette veille de week-end, la rue ne désemplissait pas.

Quelques visages venaient se coller à la vitrine, mais le gong de la porte restait silencieux.

Son employeur  Henri, s’occupait d’accueillir et de conseiller les clients.

L’agence comptait également deux autres personnes : Lory, qui avait dû s’absenter pour reprendre ses enfants à l’école, et Eric qui était en mission à l’étranger.

Henri proposa à Mirella de fermer l’agence vers 17 heures.

Elle s’en réjouissait, le manque de lumière de la journée l’avait assommée, elle se sentait si fatiguée.

Elle regarda l’heure affichée à la droite de son écran et laissa s’échapper un sourire.

Henri était parti depuis une demi-heure.

Elle retira son oreillette, se passa une main dans les cheveux, rangea rapidement son stylo et son carnet dans le tiroir du bureau, se leva et enfila son imperméable.

Avant de tirer la porte, elle enclencha l’alarme.

Elle venait à peine de descendre le rideau de fer, qu’elle fut bousculée par un homme qui lui saisit son sac et fila, la laissant les genoux sur le sol mouillé.

Mirella se mit à crier, mais la rue s’était vidée. Elle se retrouva seule, sans portable et sans argent.

Elle sortit de la poche de son manteau, un trousseau de clés, et se rendit au parking du centre commercial.

Elle s’apprêtait à entrer dans sa voiture, lorsqu’une main se déposa sur son épaule.

Elle sursauta, se retourna et vit au bout du bras d’un homme, son sac.

Il l’attira à lui et l’embrassa.

« Comment l’as-tu récupéré, lui demanda- t-elle surprise ?

Eric lui fit un doux sourire.

« Je passais à l’agence pour saluer Henri et déposer des dossiers, lorsqu’ un type m’a foncé dessus. J’ai reconnu le sac que je t’ai offert. Je l’ai récupéré, et le type a filé sans demander son reste » lui répondit Eric en la serrant dans ses bras.

« Tu es mon chevalier »…

« Au service de ma princesse » finit-il par lui dire en se saisissant des clés de la voiture !

M.H. 

Publicités

A propos michelehardenne

Je suis une rêveuse, passionnée d'écriture. Je cultive un jardin où les graines de ma folie et de mes lubies prennent racines pour le plaisir de vous offrir mes mots en un bouquet de proses et de poésies.
Cet article a été publié dans Contes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La princesse et le chevalier.

  1. paulstendhal dit :

    Bonjour Michèle,

    Quand un chevalier, de se battre, n’a de cesse,
    Il honore de tout son coeur sa belle princesse !

    Tendres bises.

    Paul Stendhal
    ***

    Bonjour Paul,

    Il y aura toujours un chevalier pour protéger sa princesse,
    Même si les temps ont changé.

    Tendre bise.

    ****

  2. FANETTE dit :

    Coucou Michèle
    Serait ce le titre d’un prochain livre ??????
    Oup’s elle est tard la Fanette ce matin mais elle a pu dormir un peu après avoir lavé ces yeux de larmes donc voilà j’ai trouvé le remède pour dormir 😆
    Allez j’arrête de dire des C……….
    Dis moi tu as écris un bien joli texte ou je suis rentrée tout de suite encore une fois.
    Tu as le don de me captiver toi
    bonne journée
    bisous
    ***
    Bonjour Fanette,

    Qui sait 🙂
    J’aime bien écrire des petites nouvelles.

    Chacune peut m’inspirer pour un récit-roman.

    Dès que mes trois prochains romans seront publiés, j’ai déjà en préparation un quatrième et le thème de cette courte nouvelle pourrait bien m’inspirer un cinquième !
    Pour te chatouiller le fil serait : Pour quelle raison Mirella, c’est-elle fait prendre son sac ?

    Gros bisous.

    ***

  3. FANETTE dit :

    Oup’s j’avions oublié 😆
    Sympa cette nouvelle présentation plus claire et aérée
    bisous
    ***

    rire, j’avais envie de changement, et puis pour les petits oiseaux, le froid arrive.
    Il est temps de penser à préparer des nichoirs, d’accrocher de la nourriture aux arbres et de mettre quelques bols remplis d’eau !

    Gros bisous.

    ***

  4. krikrimapuce dit :

    WOW j’ai été totalement captivée… Une nouvelle qui vaut le détour..

    Bises Michèle
    ****
    Bonjour Krikri,

    Ecrire pour le plaisir d’être lue…voilà un de mes grands bonheurs, et c’est à des lectrices comme toi que je le dois.

    Merci pour ta fidélité.

    Bises.

    ***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s